Pseudos revenus passifs et vrais revenus passifs !

Partout sur internet, j’entends parler de « revenus passifs », notion que tout le monde utilise par abus de langage, mais que personne ne définit.

C’est véritablement un « saint Graal » qui attire et fait vendre toute sorte de formations tournant autour de la thématique de l’argent, de l’indépendance financière, de la liberté financière, de la retraite anticipée « au soleil » ou « en voyage 365 jours par an » :

– locations nues, meublées ou saisonnières,de parkings, en co-location,

– trading sur option, forex, CFD, produits de bourse,

– création de blogs et vente d’infoproduits en ligne,

– voire création d’entreprises à succès en travaillant seulement « 4 heures par semaines », pour reprendre une partie du titre accrocheur du livre de Tim Ferriss !

Mais, vu de ma fenêtre, un revenu est véritablement passif s’il ne requière pas mon intervention pour arriver sur mon compte en banque.

Voici quels sont mes critères :

  • Un revenu passif est un revenu qui va continuer à « tomber » même si je suis à hôpital, en vacances toute l’année ou à l’autre bout du monde ;
  • Un revenu passif est un revenu que mon épouse pourra continuer à percevoir, sans avoir besoin d’une quelconque formation, même si je suis mort ou atteint de la maladie d’Alzheimer !

Or, si je dois rénover des appartements, trouver des locataires pour louer à l’année ; si je dois trouver des vacanciers pour de la location saisonnière, si je dois m’occuper du ménage ou de la remise en état de ce qui a été dégradé, si je dois faire payer les locataires récalcitrants, y compris en les poursuivant en justice,participer à des assemblées de copropriété ou même trouver un administrateurde biens pour me seconder dans ces différentes tâches, je ne pense pas que l’on puisse honnêtement parler de revenus « passifs ».

De même, si je dois rester des heures et des heures devant mon écran d’ordinateur pour scruter les moindres mouvements de la bourse, il ne s’agit pas non plus d’un revenu passif, mais d’une nouvelle forme de travaille tout aussi chronophage que le salariat ou la direction d’une entreprise !

Alors, quels sont selon moi, les véritables « revenus passifs » à privilégier, pour ceux qui cherchent la « vraie passivité » :

  • les revenus provenant d’un portefeuille financier bien construit versant des dividendes pérennes et si possible croissants,
  • et, dans l’immobilier indirect, les loyers provenant d’un portefeuille de parts de SCPI, gérés de A à Z par une ou plusieurs sociétés de gestion.

Et c’est à peu près tout.

Vive la passivité !

Je vous souhaite une très bonne journée.

Stéphane Grimaldi

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments